21 mai 2016 ~ 0 Commentaire

Mon Histoire 08

Huitième Partie:

-Êtes-vous sûre de devoir nous quitter si vite Altesse ? Et surtout pour une chose aussi dangereuse.

- Oui, je suis désolée mais je tiens à la forêt Kaïsa autant qu’à chacun d’entre vous. Je refuse le fait qu’elle soit devenue un endroit aussi dangereux et aussi sombre. J’en ai fait un lieu lumineux et elle n’est devenue que ténèbres, je changerai cela.

Puis, sans écouter les protestations des personnes rassemblées dans la cour, elle monta sur Snow. L’étalon piaffait d’impatience, elle ne l’avait pas monté depuis longtemps et il était heureux de sortir à nouveau avec elle.

- Ça ne sera pas une simple balade cette fois. Murmura-t-elle en caressant son pelage blanc.

Elle se redressa, adressa un signe à la foule puis rejoignit les écriséines, rassemblées vers la porte.

- Allons-y. Dit-elle simplement en prenant la tête du groupe.

Les trois chevaux la suivirent.
Elle leur lança un regard afin de régler son allure sur la leur. Lakériane montait seule sur un grand cheval… noir, parfaitement associé à elle. D’ailleurs il avait la réputation d’avoir un caractère semblable au sien, ils s’étaient vraiment très bien trouvés. Fossië, elle, avait opté pour un cheval bai au caractère paisible. Derrière elle se trouvait Kahila, solidement agrippée à son aînée, elle ne semblait pas vraiment à l’aise. Et enfin venaient Raken et Elanna sur une belle et énergique jument isabelle qui semblait ravie de sortir. Le voyage se passa en silence, seulement interrompu par les nombreuses plaintes de Kahila.
Le paysage devint peu à peu blanc, comme à peu près partout à Izanèze. Et finalement…

- Regardez ! Lança Elanna.

Elles ralentirent le rythme et se tournèrent dans la direction qu’elle leur indiquait. La forêt Kaïsa apparaissait enfin. Après quelques heures de voyage, elles pouvaient toutes sentir la fatigue de leurs montures. Crisaline caressa doucement Snow. Le trajet avait été éprouvant pour eux. Elles choisirent donc de passer à un trot raisonnable afin de ne pas les fatiguer plus. Quand ils arrivèrent à la lisière de la forêt, la princesse les stoppa. Elle avait un certain sentiment de malaise qu’elle n’arrivait pas à s’expliquer.

- Ça va Crisa ? Lui demanda Kahila.

Elle hocha la tête sans répondre et entra. Elles s’enfoncèrent dans ce lieu dont le calme et le silence semblaient vouloir les écraser. Les arbres se resserraient de plus en plus, les obligeant à avancer en file indienne.

- Je n’aime pas ça. Murmura Elanna. J’ai peur.

Raken la sentait trembler contre elle. Elle posa une main sur les siennes sans rien dire. Crisaline, bien qu’étant très éloignée d’elles, avait parfaitement entendu.
C’est vrai que ce n’est encore qu’une enfant. Songea-t-elle, prise de remords. Hormis Raken, ce sont toutes des enfants. L’idée de faire remarquer ça à Lakériane lui traversa l’esprit mais elle la rejeta. Elle n’avait pas envie de mourir au point de prendre ce risque. Pourtant, se dit-elle en s’arrêtant dans une clairière pour les attendre, je croyais qu’elle n’avait peur que de…
Snow fit un brusque écart, la déconcentrant. Il semblait nerveux, très nerveux. Un regard aux autres lui suffit pour comprendre qu’il n’était pas le seul mais avant qu’elle ne puisse en chercher la raison, quelque chose bondit d’entre les arbres et fonça sur elles, finissant de paniquer les chevaux. Elanna, Kahila et Raken tombèrent de cheval et Fossië à moitié alors que Lakériane et Crisaline réussirent de justesse à contrôler leurs montures.
Incapable de retenir son cheval, Fossië finit par tomber dans la neige.

C’est ce qu’on appelle se jeter dans la gueule du loup… littéralement… Pensa la princesse en sautant sur le sol, laissant son cheval s’enfuir avec les autres. Elle fit fermement face au loup qui venait d’arriver. Il est grand, songea-t-elle soudainement en l’observant, beaucoup plus grand qu’un loup normal. Sentant les écriséines se presser derrière elle, elle leur jeta un regard. Chacune était tournée vers un autre loup. Mince, on est encerclées. J’avais pas remarqué les autres. Elle arma son arc, prête à tirer au moindre mouvement de son adversaire. Un des loups gronda. Les autres répondirent et, à la grande surprise des Izanas… ils partirent, ayant apparemment entendu un signal leur disant de battre en retraite. Elles ne baissèrent pas leur garde pour autant, ces loups étaient là pour les tuer, leur regard le disait clairement, c’était leur mission. Mais elles ne comptaient pas leur rendre la tâche facile.
Un bruit du côté de Crisaline la fit réagir, elle lâcha sa flèche qui fila droit sur sa cible… jusqu’à ce qu’elle apparaisse. Une fille. Ce n’était pas pas un loup, c’était une fille ! Paniquée, la princesse dévia rapidement sa flèche qui ne fit que frôler le visage de l’inconnue.

- Bon, fit-elle durement, on a la confirmation maintenant, ce sont des ennemies, je peux les massacrer pour qu’on reparte rapidement ?

- Non Esméralda, je crois que c’était un accident. Dit une autre en regardant dans la direction de Crisaline qui venait de disparaître derrière Lakériane.

- Et puis ce n’est pas parce que tu as envie de partir rapidement que tu dois faire comme tu le souhaites. Fit remarquer un garçon venu avec elles.

La jeune fille rousse se renfrogna.

- Je suis d’accord avec lui. Indiqua une autre.

Combien sont-ils ? Se demanda la princesse en leur lançant un regard.

- Franchement, tu sais à quoi tu ressembles actuellement ? À une gamine ! Continua le garçon.

- Répète un peu pour voir ?

- Tu ressembles à une gamine. Répéta-t-il du tac au tac.

- Comment ça ?

Les deux partirent dans une dispute. Les autres filles échangèrent un regard amusé et un autre garçon également présent afficha un air découragé avant de se tourner vers elles.

- Désolé, déjà d’habitude, la patience n’est pas son fort mais en plus actuellement…

- Non, c’est ma faute, je n’aurais pas du tirer sans voir ma cible, je pensais que…

Sa voix mourut au fond de sa gorge quand elle croisa ses yeux. D’un blanc pur, elle avait l’impression qu’ils la transperçaient. Elle détourna le regard et le posa sur la jeune fille qui se disputait encore. S’interrompant, elle regarda à nouveau le garçon, remarquant pour la première fois qu’ils se ressemblaient trait pour trait.

- Enfin, je ne la visait pas, ma flèche était destinée à…

- Un garou.

Un grand silence pesa brusquement sur la clairière. Tous les regards se posèrent sur celui qui, sans s’être fait remarquer en arrivant, observait actuellement les empreintes que les loups avaient laissées.
Ceux qui nous ont attaquées seraient des garous ? C’est vrai que complètement transformés, ils ressemblent à de grands loups et ceux-là me paraissaient un peu trop grands pour des loups normaux. Mais qu’est-ce que des garous font sur Izanèze ? Il n’y en a jamais eu avant.

- Tu es sûr de toi ? Demanda la jeune fille rousse, devenue sérieuse, en s’approchant de lui.

- Certain. Regarde ces empreintes-là et, il se releva en s’éloignant un peu, celles-ci, elles sont beaucoup plus larges, ils étaient en train de se transformer.

- C’est vrai… mais… Elle posa son regard sur les Izanas. Dites pourquoi sont-ils partis ? Et pourquoi étaient-ils là ?

- Les réponses sont : aucune idée et pour nous tuer.

- OK, donc, c’est bien à cause de vous si on est là. Elle se releva et s’approcha. Lakériane se mit instinctivement en garde. Et vous êtes quoi exactement ?

- On pourrais vous retourner la question, non ? Fit la représentante du Cinquième. Vous débarquez comme ça et vous êtes prêts à nous bondir dessus sans qu’on sache ni ce que vous êtes, ni qui vous êtes, ni ce que vous nous voulez.

- Vous ne nous avez rien demandé non plus.

- Comme si on avait eu le temps !

- Laisse Lakériane, j’ai des réponses à vos questions à toutes deux.

La voix de sa princesse calma immédiatement l’écriséine. L’autre fille la regardait avec une certaine curiosité.

- D’abord, nous. Nous sommes des Izanas. Personnellement, je m’appelle Crisaline, je suis la princesse de ce monde. Et elles, ce sont les écriséines, mes amies.

- Et gardes du corps ? Proposa la jeune femme.

Elle hocha la tête.

- D’une certaine manière, oui. Quant à vous, vous êtes des elfes, des traqueurs pour être plus précise. Même si je ne savais pas que les équipes de traqueurs pouvait être plus nombreuses que cinq membres.

- Nous ne sommes que cinq traqueurs, confirma-t-elle, impressionnée. Il y a juste quelqu’un qui s’est glissé dans le groupe pour cette mission.

- Dois-je te rappeler qui m’a demandé de venir ? Fit le garçon avec qui elle se disputait quelques instants plus tôt avec acidité.

Elle leva les yeux au ciel sans répondre. Même si une réplique lui brûlait visiblement les lèvres.

- Pour les races, il y a naïade, elfe des sables. Elle avait regardé tour à tour l’elfe aux cheveux bleus qui avait découvert que leurs ennemis étaient des garous, l’elfe rousse qui n’avait que peu parlé et son regard se posa sur celle qui leur parlait le plus, puis sur ce garçon qui lui ressemblait tant. Elle l’en détourna d’ailleurs assez rapidement.

- Si tu trouves, je veux bien accepter de nous faire rester ici pour vous aider à vous débarrasser des garous. Dit-elle avec ironie.

- Elfes élémentaires.

Comme tout à l’heure, il y eut un grand silence.

- Qu… quoi ? Mais comment ?

L’ignorant totalement, elle se tourna vers les deux qu’elle n’avait pas encore cité.

- Pour vous en revanche, je n’arrive pas à trouver.

- Maudits. Indiqua-t-il. C’est normal que vous n’ayez pas trouvé.

Encore ? Et bien décidément… ça faisait des siècles que je n’avais pas vu d’elfes et ces derniers jours on en a vu beaucoup… ce n’est sûrement pas un hasard. Pour les maudits, c’est pareil, je crois que je n’en avais jamais vu auparavant. Ça non plus ce n’est pas anodin.

- Quel lien avez-vous avec les éléments ? Elle tourna les yeux vers les deux elfes élémentaires… tout en évitant soigneusement de croiser ceux du garçon. Pour vous je sais, mais pas les autres.

- Sur ce point-là, c’est plutôt à nous de vous poser la question. Dit-il. Vous savez ce que nous sommes tous les deux et justement, je crois bien qu’Esméralda et moi sommes le lien le plus puissant que ce groupe ait avec les éléments.

Elle s’appelle donc bien Esméralda. Songea la princesse en se rappelant que l’elfe des sables l’avait aussi appelée ainsi.

- C’est… assez compliqué…

- Allez-y, on a l’habitude. Fit ironiquement la maudite aux cheveux blancs.

- En fait je…

Elle n’eut pas le temps de continuer car, brusquement, avant qu’elle n’ait le temps de comprendre quoi que ce soit, quelqu’un la bouscula, la faisant tomber dans la neige, et une puissante barrière apparut.
Un peu sonnée, elle se redressa, tentant de comprendre ce qui c’était passé. Les écriséines et les traqueurs était entourés par un bouclier que le maudit avait fait apparaître, les protégeant d’une attaque magique qu’elle n’avait pas vu venir. Elle l’observa, le visage tendu par l’effort, il regardait dans la direction d’où venait l’attaque. S’intéressant ensuite à son bouclier, elle vit qu’il était entièrement coloré d’un doux magenta hormis à l’endroit où l’attaque le touchait et où il devenait violet sombre, presque noir. Fronçant les sourcils, le jeune homme fit un geste et la barrière… absorba l’attaque.
C’est pas possible, lui aussi ? Elle n’arrivait plus à le lâcher des yeux. L’image du visage d’Alzion s’imposa à elle. Non, c’est impossible. D’accord il a les yeux et les cheveux de la même couleur que les siens, d’accord il est tout aussi puissant que lui, d’accord ce sont tous les deux des maudits mais ils sont loin d’avoir le même âge ! Alzion est un enfant et lui… lui il est largement adulte. C’est totalement impossible… Mais d’un autre côté… pourquoi je ne peut pas m’empêcher de les comparer ? Pourquoi ?
Comme Alzion l’avait fait, le maudit renvoya l’attaque adverse. Mais sans attendre qu’elle se termine. Crisaline étouffa sa colère en voyant les arbres éclater et retomber en morceaux sur le sol. Elle serra les poings en essayant de ne pas exploser.
Un léger rire partit de la direction où se trouvait les arbres détruits.

- Et bien, je vois que vous vous êtes fait un allié puissant.

Les traqueurs se raidirent.

- Tiens, ça faisait longtemps. Dit Esméralda d’un ton légèrement ironique.

- La dernière fois, vous étiez encore en train de protéger une de mes proies. Fit-il en s’avançant. Ça devient vraiment lassant. D’autant plus que votre protection n’aura servi à rien puisque sa capture… et destruction n’est plus qu’une question de temps.

Il était maintenant très proche et les Izanas pouvaient enfin voir son visage. Au niveau de l’âge, Crisaline lui donnait à peu près celui de Golak, même si elle sentait qu’il devait avoir bien plus.

- D’ailleurs, continua-t-il, il semblerait que vous ayez une fois de plus l’intention de me gêner… puisque mes nouvelles proies sont à vos côtés.

- Quoi ?

Les regards des elfes se posèrent sur les écriséines.

- Euh… comment ça  »proies » ? Finit par demander Kahila.

- C’est pourtant clair, non ? Fit calmement la princesse. Les loups de tout à l’heure étaient des garous sous leur forme animale et totalement transformés. J’imagine, que lui aussi en est un et que ceux d’avant lui obéissaient.

- Ceux qui sont sur le point d’attaquer lui obéissent aussi. Indiqua un des elfes.

- Maintenant que vous savez tout ça, il ne me reste plus qu’à vous annoncer que la chasse est ouverte, ses yeux brillèrent d’une joie terrifiante, et que je ferais parti des chasseurs.

Il fit un geste et les garous camouflés autour d’eux bondirent. Les elfes, souples et agiles, évitaient soigneusement toutes blessure… tout en infligeant celles qu’ils ne recevaient pas à leurs adversaires. De leur côté, les écriséines ne se débrouillaient pas trop mal non plus même si la capacité de guérison des garous les surprirent. Tout comme elles, les elfes avaient visiblement l’habitude de se battre ensemble car ils détruisaient leurs ennemis sans se gêner les uns les autres.
Tout en se battant, Crisaline gardait un œil attentif sur ses amies car, contrairement à elle, elles combattaient ce genre d’adversaires pour la première fois. Comme elles n’avaient pas trop l’air en difficulté, elle s’accorda un moment pour observer leurs alliés. La maudite utilisait une longue lance qu’elle maniait avec une rapidité qui montrait bien qu’elle n’était pas humaine, empêchant tous ses ennemis de l’approcher. Esméralda, elle, avait une arme un peu particulière dont elle n’arrivait plus à trouver le nom, un bâton faisant sa taille qui avait une lame unique à chaque bout. Une double lame, finit-elle par retrouver. Elle regarda ensuite son frère. Armé d’un grand arc, il faisait des ravages parmi les ennemis. Les Élément lui avaient déjà donné leur noms mais elle les avait oublié. Elle se concentra. Zaphiro, je crois qu’il s’appelle Zaphiro. Il tire à l’arc, comme moi. En voyant ça, elle avait été si heureuse qu’elle n’arrivait pas à se l’expliquer. Sentant ses joues la brûler, elle détourna les yeux. Mais qu’est-ce-qui m’arrive ? Elle secoua la tête puis regarda les autres. L’elfe des sables utilisait autant son élément qu’une épée pour se battre… même si elle semblait bien plus à l’aise avec le feu, à voir comme elle réduisait en cendre la plupart de ses adversaires. Elle aperçut ensuite le maudit. Ce n’est pas un combattant, songea-t-elle en l’observant. Il utilisait principalement sa magie bien qu’il soit également armé d’une dague. Presque constamment entouré d’un bouclier, aucun de ses adversaires n’arrivait à l’approcher. Elle sourit en pensant à Alzion puis chercha le naïade du regard. Où est-il ? Se demanda-t-elle en ne le trouvant pas. Ses yeux s’arrêtèrent brusquement sur celui qui dirigeait ceux qui les attaquaient. Il est là ! Effectivement, son adversaire était bien celui qu’elle cherchait. Et elle avait du mal à déterminer lequel des deux était en difficulté face à l’autre. Leur force est à peu près égale. Rassurée de voir que leurs nouveaux alliés n’avaient aucuns problèmes, elle reprit sa surveillance attentive des écriséines.
Il y avait de moins en moins de garous, le groupe efficace que formait les écriséines et les traqueurs les détruisaient petit à petit quand soudain…

- Daon !

Crisaline tourna vivement la tête. Esméralda tentait désespérément de rejoindre le naïade qui gisait contre un arbre, inconscient. La princesse voulut aller l’aider mais un cri de douleur la stoppa. Cette voix… je la connait c’est celle de… Elle se retourna. Fossië. La jeune fille se trouvait sous un bouclier avec le maudit, le bras en lambeaux. Cette fois, c’était trop.

- STOP !

Une vague de puissance ahurissante partit d’elle, gelant tout ce qui se trouvait aux alentours. Elanna protégea rapidement les écriséines et Esméralda. Zaphiro créa son propre bouclier et l’elfe des sables l’évita de justesse ainsi que son adversaire qui l’abandonna pour rejoindre son chef.

- Seigneur, il faut partir. Gémit le loup blanc.

Il regarda Daon puis reporta son attention sur Crisaline qui s’approchait. Il soupira.

- Je ne pourrais pas le tuer cette fois non plus. Wara, rappelle les autres, on s’en va. Dit-il avant de faire demi-tour.

Le loup obéit.

- Vous croyez peut-être pouvoir partir comme ça ? Siffla la princesse, ivre de rage.

- Et bien, oui. Il se retourna et s’inclina ironiquement devant elle. À une autre fois princesse.

De la fumée apparut brusquement, empêchant les deux groupes de voir quoi que ce soit. Une fois qu’elle eut disparu ils durent se rendre à l’évidence : ils s’étaient enfuis. Crisaline était prête à les poursuivre quand quelqu’un lui attrapa la main.

- Attend. C’était Kahila. Calme-toi Crisa, on a des blessés, il faut s’en occuper avant de les poursuivre.

Ses mots la firent redescendre sur terre. Elle courut vers Fossië que Zaphiro soignait.

- Ça va ? Demanda-t-elle.

Mais elle était inconsciente.

- Elle va s’en remettre, j’ai presque finit de la soigner.

Elle regarda Zaphiro, ses yeux blancs avaient viré à un doux gris semblable à celui qui entourait ses mains. Elle détourna rapidement son regard et s’intéressa plutôt à l’état de son amie. Comme il l’avait dit, ses blessures avaient presque disparues. Elle poussa un profond soupir de soulagement.

- Zaphiro, on a besoin de toi ! Cria Esméralda avec un peu de panique dans la voix.

Crisaline la rejoignit. Elle était penchée sur le naïade, toujours inconscient. Il avait quatre longues et profondes griffures qui lui barraient le torse et respirait difficilement. Ses amis étaient à ses côtés, inquiets. Zaphiro arriva rapidement, il essaya de le soigner directement mais, apparemment gêné par son maillot, il le releva, arrachant un gémissement douloureux à l’elfe. Il recommença à le soigner et se détendit en constatant qu’il pourrait le sauver.

- Zaphiro… Commença l’elfe des sables alors que Crisaline s’en allait.

- Quoi ?

- Cette marque, c’est…

Intriguée, la princesse tourna la tête vers eux. Ils regardaient, apparemment surpris, quelque chose qui lui était caché.
Ça ne me regarde pas. Décida-t-elle. Elle se retourna et alla vers Fossië qui venait de se réveiller.

- Comment tu te sens ? Lui demanda-t-elle doucement.

- Ben… comment dire ? Entière ?

- Et encore sous le choc. Conclu Kahila.

Crisaline sourit, elles étaient toutes en vie et c’est tout ce qui comptait pour elle.

- Au fait Altesse, que vous est-il arrivé ? Demanda Lakériane. Vous nous avez fait vraiment peur.

- J’ai craqué, il y avait trop de pressions et la blessure de Fossië était de trop.

- Bon et bien rappelle-moi de ne plus t’énerver. Indiqua Elanna en frissonnant.

Elle leur adressa un sourire d’excuse, elles ne l’avaient encore jamais vu s’énerver auparavant… ou en tous cas, jamais autant. Elle s’assombrit.

- Je me demande qui était ce type.

- Il s’appelle Ross, c’est l’Alpha actuel des garous.

Elles se tournèrent vers le maudit qui s’était approché sans qu’elles le remarquent.

- L’Alpha ? Génial… Marmonna Crisaline. Elle redressa la tête. Comment va votre ami ?

- Sa vie n’est plus en danger, il devrait bientôt se réveiller maintenant.

- Pourquoi n’êtes-vous pas auprès de lui comme les autres ?

- Je ne suis pas un traqueur comme eux et je le connais beaucoup moins. En plus… Il s’interrompit et secoua la tête. Non, c’est stupide.

- Quoi ?

- Rien.

- Et ?

Il les regarda, hésitant.

- C’est juste que… vous me faites penser à des personnes que j’ai connu.

- Des amies ? Demanda Crisaline qui avait de plus en plus de doutes.

- Non, je ne sais pas qui c’était mais… elles m’ont sauvé la vie quand j’étais petit, la première fois que j’ai utilisé la téléportation. Je suis mal tombé et elles m’ont aidé à retourner chez moi.

Les écriséines échangèrent un regard. Cette fois, plus de doutes possibles, ça ne pouvait être que…

- Alzion ?

Il les regarda, ne sachant visiblement pas trop quoi penser.

- C’est… c’est vous ? Mais… c’est impossible, cela remonte à des lunes et… enfin… vous êtes exactement comme dans mes souvenirs.

- Je ne sais pas trop ce qui c’est passé mais pour nous, notre rencontre ne remonte qu’à hier.

- Quoi ? S’étrangla-t-il.

Il les regarda tour à tour mais elles confirmèrent toutes d’un hochement de tête.

- Il y a un problème ? Demanda l’elfe élémentaire qui venait de les rejoindre.

Alzion, qui ne l’avait pas entendu s’approcher, sursauta et se tourna vers elle.

- Tu n’as jamais pensé à porter un grelot ou quelque chose comme ça pour prévenir de ton arrivée ?

- Pour annoncer le moindre de mes mouvements à mes adversaires ? Quelle idée brillante. Ironisa-t-elle. Autrement, qu’est-ce-qui se passe ? Tu m’as l’air anormalement sérieux.

Il lui jeta un regard noir.

- En fait, on vient juste de découvrir qu’on se connaissait déjà. Indiqua joyeusement Kahila.

Esméralda haussa un sourcil.

- Ah bon… j’ai peut-être bien fait de t’emmener alors.

- Pourquoi ? Tu me trouvais inutile ?

- Quand tu commences avec tes bêtises, oui, un peu. Mais il faut reconnaître que ton bouclier de tout à l’heure était impressionnant.

- Tiens un compliment, c’est si rare… à moins que ça ne soit le premier.

- Excusez-moi.

Ils tournèrent la tête vers Crisaline.

- Quoi ? Demanda Esméralda, visiblement de mauvaise humeur.

- Je voulais juste savoir si ce qui arrive est à vous ou si on doit s’inquiéter.

En disant ça, elle désignait un grand tigre blanc, un dragon multicolore qui devait faire la même taille et un aigle royal qui venaient d’entrer dans la clairière.

- Oh, ça. Ne vous inquiétez pas, ils sont avec nous. Elle se tourna vers eux. Pat, Windiria, Zioliss, j’attends votre rapport. L’aigle et le dragon ouvrirent la bouche en même temps pour protester mais elle les coupa. Immédiatement.

Ils se rapprochèrent, l’air un peu déçus.

- Il y a une bonne vingtaine de portails qui se sont ouverts dans ce monde cette dernière lune. Commença le tigre, faisant sursauter les écriséines qui ne s’attendaient pas à l’entendre parler.

- Une vingtaine ? Le coupa Esméralda en haussant un sourcil. Et en une seule lune ? Tu es sûr de ne pas exagérer ?

- Certain, et ils se sont tous ouverts au même endroit hormis…

- Hormis trois d’entre eux, continua l’aigle. Ils se sont ouverts tous les trois au même endroit et sont plutôt récents. Le plus ancien remonte à… Elle réfléchit quelques instants. Trois mois.

Crisaline tressaillit, c’était le portail qu’elle avait utilisé ! Visiblement, les écriséines pensaient la même chose car tous leurs regards se posèrent sur elle. Mais l’elfe, qui n’avait rien remarqué, continuait de discuter avec les trois animaux et elle fut obligée de reporter son attention sur eux pour ne rien manquer.

- Mois ? C’est tellement récent que vous êtes obligé de passer en unité de temps humaine ?

- Oui, répondit le dragon. Les deux autres se sont ouverts il y a deux mois et hier.

La princesse sourit. En d’autres termes, il s’agissait du portail que les écriséines avaient prit pour aller la chercher et du portail qu’elles avaient utilisé pour rentrer.

- On peut aller retrouver nos liés maintenant ? La supplia l’aigle.

- Pas avant que vous m’ayez dit où ce sont ouverts les autres portails.

- Oh, ça… Hésita le tigre en paraissant, tout comme les deux autres animaux, assez mal à l’aise. Et bien… on ne sait pas.

Grand silence.

- Comment ça vous ne savez pas ? Demanda Esméralda d’un ton dangereusement calme.

- On ne sait pas où ces portails se sont ouverts, ils ont dû brouiller leur présence. Il n’y a rien de plus à dire. Il fit une courte pause. Bon et bien maintenant que tout est dit… Fit-il en commençant à s’éloigner.

- Et où est ce que tu as l’intention d’aller ? Dit-elle en l’attrapant. Zioliss et Windiria ont une bonne raison de partir mais je te rappelle que, pour toi, ta liée c’est moi.

Le tigre marmonna quelque chose que Crisaline traduit comme un  »malheureusement » mais ne tenta plus de s’échapper. La princesse se racla la gorge afin de rappeler leur présence à l’elfe qui semblait les avoir totalement oubliées.

- Concernant les garous, vous comptez nous aider ou pas ?

- Je répondrait volontiers un  »non » indiscutable mais tout à l’heure, j’ai fait l’énorme bêtise de dire qu’on vous aiderai donc, oui, nous allons vous aider… En plus, maintenant qu’on sait que Ross est là, c’est hors de question de repartir.

- Ah ? Pourquoi ?

Esméralda ne répondit, son attention attirée par la bonne nouvelle qu’une de ses collègue lui annonçait. Leur ami venait de se réveiller. L’elfe élémentaire se releva et courut vers eux, accompagnée par le tigre.

- Parce que Ross est recherché sur Aëlmira. Et puis un des membre du groupe a une revanche à prendre avec lui. Répondit Alzion à sa place.

- Le naïade ? Proposa la princesse.

Il hocha la tête sans avoir l’air de vouloir s’étendre sur ce sujet.

- Au fait, qu’est-ce-que vous faites ici ?

- Personnellement, je suis venu car ils avaient besoin de boucliers solides, leur mission consistant à repérer et éventuellement détruire une énorme force magique qui a inquiété notre reine.

- Comment ça, énorme ? Râla Crisaline. Elle hésita. Et pourquoi toi pour les boucliers ? Je t’ai vu combattre, ce n’est pas quelque chose dont tu as l’habitude, je me trompe ?

- Non, c’est vrai. En fait…

- C’est parce que les boucliers d’Alzion n’ont jamais cédés.

Il se tourna vers la maudite et Zaphiro.

- C’est vrai ? Demanda Kahila, impressionnée.

- Et oui ! Enfin… c’est ce que disent les rumeurs.

- Elles sont vraies, indiqua-t-il. Du moins pour l’instant…

- Moi j’ai toute confiance en toi. Rajouta la maudite.

-… et voilà pourquoi j’espère que ça sera toujours le cas.

Il soupira.

- Au fait, vous vous appelez comment ? Demanda Fossië.

- Moi, je m’appelle Mi…

- FICHEZ-MOI LA PAIX !

Tous les regards se posèrent sur Daon qui s’éloignait rageusement de l’elfe des sables et d’Esméralda.

- Daon ! Fit cette dernière en l’attrapant par le bras.

- Lâche-moi. Grogna-t-il en essayant de se dégager.

- Hors de question, tu étais encore blessé il y a quelques instants alors tu vas me faire le plaisir de te reposer !

À côté d’eux, l’elfe des sables paraissait plutôt triste, caressant distraitement la tête du dragon.

- Et voilà, il a craqué. Je les avais pourtant prévenues. Marmonna Zaphiro.

- Tu t’attendais à quoi avec elles ? Tu sais bien que quand elles ont quelque chose en tête, rien ne peut les stopper.

Il choisit de ne rien répondre et garda le silence.

- Je disais donc avant d’être interrompue, reprit la maudite, que je m’appelle Miina. Elle s’interrompit quelques instants pour les observer. Comme vous avez l’air de déjà connaître Esméralda, Zaphiro et mon frère, j’imagine qu’il n’y a que deux autres personnes à vous présenter.

- Ton frère ? Fit Crisaline avec surprise.

- Oui, moi. Indiqua Alzion. Miina est ma petite sœur.

- Ah bon ? Vous ne vous ressemblez pas du tout. Fit Kahila en les regardant tour à tour.

C’est vrai que si Alzion ressemblait beaucoup à un humain Miina, elle, ne l’était clairement pas.

Prié de ne pas touché a l’histoire ni au personnage il m’appartienne

Merci et Bonne Lecture

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Le petit GTA |
Histoire1stmg1lyceeditrouss... |
histoiremeuse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Annimauxdumonde
| Affaire de Patrick TISSIER
| Fictiontasy